04 espèces animales en voie de disparition

Le changement climatique impacte de plus en plus aussi bien les espèces végétales qu’animales. Les populations animales sont fondamentalement touchées et se voient décimer peu à peu. Voici donc quelques espèces qui sont rarement mentionnées, mais qui pourtant souffrent du changement climatique à l’instar des grands animaux.

La bécasse de Baird

Il s’agit d’un oiseau de petite taille généralement retrouvé en Sibérie ainsi qu’en Amérique du Nord. C’est un animal qui vit donc dans des milieux à climat froid. C’est pour cela que les variations de température notamment les hausses de température influent sur leur cycle de reproduction. De ce fait, le phénomène entraine une reproduction prématurée au sein des populations de bécasse. Après éclosion des œufs, les oisillons trouvent peu de quoi se nourrir, car nés dans la saison inadéquate : ce qui diminue grandement leur chance de survie une fois adulte.

 

L’iiwi hawaïen

Comme son nom l’indique, il est endémique aux îles hawaïennes. C’est également un petit oiseau qui supporte peu le réchauffement climatique. Pour échapper aux moustiques responsables du paludisme, l’oiseau niche en altitude où les températures sont relativement basses, empêchant la survie des moustiques. Malheureusement, les hausses de température favorisent désormais le développement de ces derniers, vecteurs de paludisme et de grippe aviaire.

Le rat de Bramble Cay

Ce rongeur a fait les frais du changement climatique. Depuis une décennie, aucun individu de l’espèce n’a été vu à nouveau. En effet, les populations de rats de Bramble Cay vivaient à proximité des récifs coralliens et des îles du pays. Alors, la destruction de leur habitat est la conséquence directe de la fulgurante montée des eaux observée ces dernières années.

Le phoque annelé

Il a besoin de glace pour sa survie, et ce de façon qualitative que quantitative. Avec la fonte des glaces due aux variations climatiques, il a de moins en moins d’espace approprié pour sa reproduction. Leur population se voit donc réduire, bouleversant ainsi toute la chaine alimentaire de l’antarctique.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Get notified of the best deals on our WordPress themes.
What they say